Vous êtes ici

L'évolution de Tarnos en images (1910-2010)

Découvrez le Tarnos de 1910 à aujourd'hui au travers de cartes postales anciennes : bâtiments disparus ou transformés, places et lieux rénovés, nouveaux équipements construits.

Exposition « Tarnos d'hier à aujourd'hui » - 2010 – Réalisation Ville de Tarnos en partenariat avec la section d'histoire locale et de généalogie du Bas-Adour du centre culturel et social de Boucau-Tarnos.

Un centre-ville se construit

L'évolution démographique de Tarnos depuis ces soixante dernières années a profondément modifié le paysage urbain du centre-ville.
En 1954, le nombre d'habitants s'élève à 4 255, soit deux fois plus qu'au siècle précédent, pour atteindre le chiffre de 11 410 en 2010. D'un aspect plutôt rural au début des années 1950, le bourg se développe peu et à peu et se caractérise à partir des années 1970 et 1980 par de nombreux chantiers qui façonnent un nouveau visage du centre-ville : agrandissement de l'Hôtel de Ville, aménagement des avenues Lénine et Allende, construction de plusieurs établissements scolaires et d'ensembles immobiliers.

 Église Saint Vincent et actuelle place Dous Haous au début des années 1950. Dans la partie supérieure gauche, la RD810 (ex RN10) bordée de platanes
Église Saint Vincent et actuelle place Dous Haous au début des années 1950. Dans la partie supérieure gauche, la RD810 (ex RN10) bordée de platanes

L'Hôtel de Ville

La construction de l'Hôtel de Ville sur son site actuel date de l'année 1911.
Jusqu'en 1864, le Conseil municipal se réunissait dans une auberge située à l'emplacement de l'actuelle place « Dous Haous », puis au premier étage de l'ancienne école des garçons du bourg en bordure de l'ex-nationale 10.
Au cours du XXe siècle, la mairie subit plusieurs transformations pour héberger des services dont le développement allait de pair avec celui de la cité. Initialement, elle partageait ses locaux avec l'administration des Postes, située en rez-de-chaussée.
Dans les années 1970, l'aile sud est construite.
En 2002, faute d'un espace suffisant, la construction d'un nouvel Hôtel de Ville est votée.
Intégré à l'ancien bâtiment, ce nouvel équipement public est inauguré en 2004.

L’Hôtel de Ville en 1920, Ville de Tarnos
L’Hôtel de Ville en 1920, Ville de Tarnos

L'église Saint-Vincent

Monument dont les origines remonteraient au XIIème siècle, l'église Saint-Vincent comprend, au niveau de son chœur, des fresques murales datant du XVème siècle, découvertes en 1970 et inscrites aux Monuments Historiques.
De style roman et gothique, son architecture a peu évolué durant les siècles, malgré de nombreuses rénovations.

L'église Saint-Vincent au début du XXème siècle, Ville de Tarnos
L'église Saint-Vincent au début du XXème siècle, Ville de Tarnos

La ferme « Artigau »

Dernier témoin visible du passé agricole du centre-ville de Tarnos, la ferme « Artigau » était entourée de champs situés de part et d'autre de la RD 810.
Ces derniers ont cédé leur place à différents aménagements, tels que le giratoire Conseillé ou l'ensemble immobilier « Femmes d'un siècle ».

La ferme « Artigau » dans les années 1950, Ville de Tarnos
La ferme « Artigau » dans les années 1950, Ville de Tarnos

L'ancienne école des garçons

L'école des garçons du bourg, dénommée en 1945 Jean Mouchet, en souvenir du résistant tarnosien, était la plus ancienne école de la commune. Son existence est attestée dans les registres des délibérations municipales de la ville depuis les années 1860. Composé d'un étage, le bâtiment sert respectivement d'école et de maison communale jusqu'à la construction de la mairie en 1911.
Face au nombre croissant d'élèves, cette école sera transférée au quartier Lacroix avec la nouvelle école Jean Mouchet inaugurée en 1978.
Sur son emplacement, seront construits les ateliers techniques de la ville et le fronton.

La façade de l'école des garçons du bourg, première moitié du XXème siècle, Ville de Tarnos
La façade de l'école des garçons du bourg, première moitié du XXème siècle, Ville de Tarnos

L'ancienne école des filles

Jusqu'en 1892, Tarnos comptait seulement deux écoles sur son territoire : l'école des garçons du bourg et celle des filles, qui se situait dans la maison « Providence » de madame Lafitte, institutrice.
Avec la construction de la nouvelle école Félix Concaret, inaugurée en 1986, le bâtiment devient en 1988 le centre municipal Henri Dauga.

L'école des Filles au début du XXème siècle, Ville de Tarnos
L'école des Filles au début du XXème siècle, Ville de Tarnos

L'ancienne salle des fêtes

Le 27 mai 1923, le Conseil municipal de Tarnos vote la construction d'une salle de réunion « à côté de la mairie et longeant la Route Nationale 10 » (actuelle RD810).
Cet édifice communal, terminé en 1925, était destiné à « recevoir plusieurs centaines de personnes assises en prévision de certains spectacles qui pourraient y être donnés (cinéma, revues, troupes théâtrales de passages, réunion,...) ».
En 1982, l'incommodité de ce bâtiment vétuste entraîne sa démolition.

La salle des fêtes du bourg dans les années 1930, attenante à la mairie, Ville de Tarnos
La salle des fêtes du bourg dans les années 1930, attenante à la mairie, Ville de Tarnos

La RD810

Bordée de platanes jusqu'au milieu des années 1950, le tracé de la Route Départementale 810 tel que nous le connaissons date du XVIIIe siècle. Nommée successivement « Route Royale » ou « Route Impériale » suivant les régimes politiques, l'ex RN 10 constitue véritablement l'artère principale du centre-ville de Tarnos.

La RD810 au début du XXe siècle, devant l'actuel Hôtel de Ville, Ville de Tarnos
La RD810 au début du XXe siècle, devant l'actuel Hôtel de Ville, Ville de Tarnos

La pharmacie

Une première pharmacie se trouvait devant l'église du bourg à l'angle des rues Bertranon et Lénine. La pharmacie actuelle a été construite en 1950 en bordure de la route nationale.
Bordée de platanes, la propriété comprenait un puits qui, aujourd'hui, est recouvert d'un monticule surmonté d'une statue de la vierge Marie.

La pharmacie dans les années 1950, Ville de Tarnos
La pharmacie dans les années 1950, Ville de Tarnos

Le « Dix »

Ce café, appelé autrefois « Au Septième », était tenu par la famille Montot, dont le père et le fils étaient également cordonniers et marchands de chaussures. A la fermeture du bureau de tabac nommé la « Pebote » par les tarnosiens, établissement qui était situé en face de l'actuelle salle Henri Dauga, la famille Montot acquiert la licence pour vendre du tabac.
Dans les années 1970, l'établissement est racheté et se transforme successivement en hôtel, restauration, tabac, jeux et presse.

« Au Septième » dans les années 1960, Ville de Tarnos
« Au Septième » dans les années 1960, Ville de Tarnos

Les ateliers et garages municipaux

Parmi les grands chantiers entrepris à la fin des années 1970, les ateliers et garages municipaux viennent améliorer le service rendu à la population, ainsi que les conditions de travail des employés municipaux.
Voté en 1978, le chantier qui comprenait la réhabilitation d'anciens bâtiments, la construction de l'actuelle salle Jacques Duclos et celle du fronton, fut terminé en 1980-1981.
Au milieu des années 1990, les plus anciens bâtiments furent démolis.
Occupant une place centrale dans le schéma d'évolution du centre-ville et du projet de « tram'bus », la place sera complètement réaménagée dès fin 2016.

Garages municipaux face à la mairie dans les années 1970, Ville de Tarnos
Garages municipaux face à la mairie dans les années 1970, Ville de Tarnos

Le château d'eau

Construit entre 1969 et 1972, le château d'eau actuel remplace un premier château d'eau dont le réservoir de stockage devenait insuffisant.
Élément constitutif du paysage du centre-ville, le château d'eau est décoré depuis 2001 par une fresque réalisée par Anne Larose.

La construction du château d'eau actuel en 1969-1970. En second plan le premier château d'eau, Ville de Tarnos
La construction du château d'eau actuel en 1969-1970. En second plan le premier château d'eau, Ville de Tarnos

La place « Dous Haous »

Construite à partir de 1992 et inaugurée en 1997, la Place « Dous Haous » (les « Forgerons » en gascon) regroupe aujourd'hui logements et commerces. Elle accueille le marché tous les mardis matin.
Initialement, se trouvaient sur la place un café et une maison nommée « Anduran » qui fut détruite au milieu des années 1980.
Sur le sol de la place, une mosaïque réalisée par Danielle Justes reprend les symboles forts de la commune de Tarnos. Trois faisceaux de granit jaillissent d'un demi-soleil ocre. Sur le premier, la mer et le remous des vagues sont représentés, ainsi qu'une bande d'anciens rails de chemin de fer rappelant le transport des matières premières vers l'usine des Forges. Les deuxième et troisième rayons symbolisent les flammes du foyer et les outils de la forge : le soufflet, l'enclume et la pince.

La maison « Anduran » au début des années 1980, Ville de Tarnos
La maison « Anduran » au début des années 1980, Ville de Tarnos

L'école Poueymidou

Sur le site actuel de l'école Poueymidou se trouvait la colonie de vacances « Les Lannes ». Propriété du comité d'entreprise de la régie autonome des transports parisiens (RATP) depuis 1956, la colonie accueillait les enfants du personnel de la RATP durant les vacances scolaires. Ces locaux abritèrent également le Centre de Loisirs de Tarnos dans les années 1980.
L'école Poueymidou fut inaugurée en 2006.

Le bâtiment de la colonie des Lannes en 2004, Ville de Tarnos
Le bâtiment de la colonie des Lannes en 2004, Ville de Tarnos

La médiathèque "Les Temps modernes"

Lancé en 2005, ce nouvel équipement culturel était destiné à remplacer la bibliothèque existante. La volonté était de réunir toutes les générations dans un même lieu convivial dédié à la culture.
Au terme de deux ans de travaux, les « Temps Modernes » sont inaugurés en septembre 2010. Rencontrant un succès immédiat, la médiathèque est devenue, en plus d'un centre de documentation, un réel lieu de vie, d'échanges et d'animations culturelles.

 Le site de la future médiathèque en 2005, Ville de Tarnos
Le site de la future médiathèque en 2005, Ville de Tarnos

A proximité du centre

La Yayi

« La Yayi » est le nom de l'ancienne maison et commerce alimentaire et de bétail qui se trouvait en haut de la côte du même nom à l'entrée Nord de Tarnos. Cette appellation proviendrait du surnom de l'ancienne propriétaire.
Aujourd'hui, un espace commercial a été construit et porte le nom de l'ancien lieu dit « La Yayi ».

La maison « laYayi » au début des années 1950, Ville de Tarnos
La maison « laYayi » au début des années 1950, Ville de Tarnos

Le cinéma

La fabrication de tuiles et de briques à partir des nombreuses carrières d’argiles constituait une des  activités économiques de la commune entre le XVIIIème siècle et avant la seconde guerre mondiale. Tarnos comptait alors 5 tuileries réparties sur tout le territoire. La dernière tuilerie a fermé ses portes à la fin des années 1970 à Tarnos.
En 2001, un complexe cinématographique est inauguré sur ce même lieu. Aujourd'hui le centre commercial situé en face du cinéma porte le nom de « Tuilerie ».

La Tuilerie durant la première moitié du XXe siècle, Ville de Tarnos
La Tuilerie durant la première moitié du XXe siècle, Ville de Tarnos